Actualités

Quatre conseils pour bien maîtriser le tapis de course

Par Simon CHRETIEN , le 20 janvier 2023 - 4 minutes de lecture
Conseils pour maîtriser le tapis de course

Trop de pluie pour sortir, un crépuscule arrivé trop tôt… Reste la salle et son tapis de course. Mais vous entraîner sur tapis sans risquer lésions ou perte des acquis nécessite des précautions.

Si le tapis de course comporte de nombreux avantages et peut être l’un de vos meilleurs alliés durant l’hiver pour poursuivre votre activité de course à pied, maîtriser l’outil n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Voici quatre astuces pour adopter le tapis de course sans soucis.

1/ Tapis de course : maniez les bonnes vitesses

Ne sautez pas d’emblée en mode course. Sur tapis aussi, vous devez vous échauffer (5 min
à 5-6 km/h) avant de pousser progressivement l’allure de 1 à 2 km/h par minute pour
atteindre votre vitesse d’endurance. Et pour éviter les étourdissements, restez 2 min à vitesse
de marche (4-5 km/h) avant de quitter la bande défilante.

2/ Remontez la pente et votre posture

Pour être au plus proche des conditions extérieures, réglez l’inclinaison du tapis entre 1 et 3 % au maximum. Au-delà, vous risquez de blesser tendons d’Achille ou mollets, surtout si vous pratiquez en endurance durant toute la séance. Et ne vous penchez pas vers vos pieds : regardez droit devant pour éviter les douleurs lombaires et que le tapis ne vous tire vers l’arrière.

3/ Tapis de course : s’hydrater encore davantage

Une salle, même climatisée, reste un espace confiné. Et faute de vent (ou de ventilateur directif), votre température corporelle a vite fait d’augmenter, de même que votre fréquence cardiaque. N’oubliez donc pas de vous hydrater régulièrement, davantage qu’en extérieur.

A LIRE : L’HYDRATATION, FACTEUR X EN LA COURSE A PIED

4/ Prémunissez-vous contre les accidents

Une entorse est vite arrivée. Apprenez donc d’emblée comment stopper la machine en urgence. Et gare au démarrage et à l’arrêt : tenez-vous à la rampe, elle est faite pour ça. Pour ne pas vous emmêler les pieds ni trop impacter vos genoux, adaptez votre foulée : plus courte, en ramenant le pied plus rapidement vers l’avant du tapis et en soulevant davantage le talon, car la capacité de propulsion
est toujours réduite. Prudence aussi en buvant au goulot de la bouteille à ne pas renverser d’eau sur le tapis : contrairement au terrain, il ne peut absorber ces débordements, risquant de vous faire partir en vol plané.