Actualités

Comment bien choisir ses chaussures de course à pied sur route

Par Simon CHRETIEN , le 21 décembre 2022 - 2 minutes de lecture
choisir chaussures course a pied

Le nombre de modèles de chaussures de running présents sur le marché est pléthorique. Pas facile de s’y retrouver ! Confort ou réactivité ? Protection, sécurité ou performance ? Semelle XXL ou minimaliste ? Plaque carbone ou pas ? Comment choisir le modèle qu’il vous faut ? Nous avons demandé à Cédric Lailler, responsable du magasin Endurance Shop de Vincennes, en région parisienne, de vous aiguiller.

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte dans le choix d’une paire de chaussures pour la course à pied. D’autant plus quand celle-ci vous servira à parcourir pour la première fois la distance marathon :

  • La morphologie : le poids du coureur est une donnée importante à prendre en considération. Les besoins ne sont pas les mêmes pour une personne de 50 kg et une autre de 90 kg. Plus un coureur est lourd, plus il aura besoin d’amorti. À l’inverse, un coureur léger pourra s’orienter vers un modèle plus ferme.
  • Le niveau et l’objectif : un sportif qui n’a jamais couru de marathon mais possède un excellent niveau pourra avoir de très belles ambitions chronométriques. On peut alors le conseiller de s’orienter vers des chaussures dotées d’une plaque carbone. Cette dernière est en revanche déconseillée pour un coureur qui compte courir son marathon en 3h45 ou plus. « La plaque rigidifie la foulée. Elle demande une bonne musculature générale pour supporter la raideur de la plaque et le renvoi qu’elle provoque. Les coureurs débutants pourraient trop subir l’effet de celle-ci et risqueraient au mieux de ne pas apprécier leur course, au pire de se blesser. »
  • Le type de pied : creux, plats, pronateurs, supinateurs, etc. Chaque pied est unique, d’où l’intérêt de procéder à une analyse de la foulée sur tapis pour savoir comment le vôtre réagit au moment du contact avec le sol. Si votre pied part vers l’extérieur ou l’intérieur, il faudra peut-être partir sur une chaussure avec des renforts de stabilisation.

A LIRE : TOUTES NOS ACTUS ET TESTS DE CHAUSSURES DE RUNNING

Les critères majeurs pour choisir ses chaussures de course à pied

Cédric Lailler avance deux clés principales pour choisir au mieux une chaussure :

  • La première, c’est le confort. Il faut que la chaussure vous convienne dès que vous l’avez enfilée. Le confort se mesure au niveau du chaussant. Est-ce que le maintien est correct, ni trop serré, ni trop lâche ? En clair, comment la chaussure enveloppe vos pieds ?
  • Ensuite vient la stabilité, c’est-à-dire la faculté de la chaussure à vous éviter de trop dévier et d’apporter, à terme, des contraintes sur vos genoux. Plusieurs technologies de stabilisation ont été imaginées par les équipementiers comme le système de baquet, qui permet au pied de rester dans l’alignement du genou. La question de la semelle entre aussi en compte. Une semelle trop moelleuse ne signifie pas qu’elle est amortissante. À l’inverse, elle pourra vous apporter la sensation de courir sur un matelas. Une semelle trop étroite et trop haute joue aussi sur votre stabilité.  

Le poids de la chaussure a-t-il son importance ?

Aujourd’hui, peu de chaussures pèsent plus de 300 g. « On peut facilement aller sur un marathon avec une chaussure à 260 g, par exemple, que l’on pèse 65 kg ou 85 kg. Ce qui est important, c’est le ratio amorti/légèreté. Les chaussures apportant beaucoup de confort auront tendance à être plus lourdes, car elles proposent plus de rembourrage au niveau du talon, par exemple. Le mesh, c’est-à-dire la matière qui enveloppe le pied, sera aussi plus épais et plus enveloppant. »

Choisir ses chaussures : faut-il prendre en compte le drop ?

Le drop est la différence de hauteur entre le talon et l’avant de la chaussure. Un pied nu à plat affiche un drop de zéro. Les drops moyens affichés par les chaussures sont compris en 8 mm et 12 mm. Mais celui-ci a tendance à être de plus en plus réduit. Un drop réduit permettra une approche plus naturelle dans le déroulé du pied. Il aura aussi tendance à décharger les articulations. À l’inverse, il fera davantage travailler le mollet et le tendon d’Achille, pouvant provoquer des blessures. Les débutants devront éviter de partir sur un drop trop réduit, en tout cas dans un premier temps.

Les trois priorités avant d’acheter

  • Privilégiez l’essai en fin de journée. Le pied sera légèrement plus gonflé qu’en début de journée. Il reflétera ainsi mieux la réalité après 1h30 ou 2h de course.
  • Prenez au minimum une pointure de plus que vos chaussures du quotidien. Idéalement, il faudrait même prendre 1,5 pointure en plus. Le pied, à la pose, s’allonge et s’écarte. Cela vous évitera de venir taper le bout de la chaussure et de provoquer des blessures au niveau des ongles.
  • Essayez toujours vos chaussures en magasin. Outre le fait que vous bénéficierez des conseils d’experts, vous pourrez tout de suite découvrir les sensations qu’elles vous procurent. Certaines boutiques vous permettront aussi d’analyser votre foulée. Tout cela vous évitera les mauvaises surprises d’une paire commandée sur internet.