Entrainement

Kilomètre vertical : un mélange de VMA et de puissance

Par La Rédaction , le 2 novembre 2016 - 3 minutes de lecture

La question de Denis : J’ai récemment découvert le format du kilomètre vertical. Pouvez-vous expliquer de quoi il s’agit ? Et puis-je en intégrer un (ou plusieurs) dans le cadre d’une préparation trail ?

La réponse de Rodolphe Bier, entraîneur :

Le kilomètre vertical (ou KV) est un format de course exigeant, où puissance et VMA sont nécessaires.

Le kilomètre vertical, discipline relativement ancienne par rapport au trail, est une course proposant 1 000 m de dénivelé positif sur un parcours relativement court uniquement en montée Les meilleurs remportent ce type de course dans des temps proches de 35 à 40 mn.

Deux facteurs sont déterminants pour réaliser une performance sur un kilomètre vertical : la puissance musculaire et la VMA (vitesse maximale aérobie, l’allure la plus élevée à laquelle on peut courir on continuant d’apporter de l’oxygène à ses muscles). Il s’agit d’un effort très violent qui nécessite de disposer d’un bon moteur, d’une VMA assez élevée et d’une musculature adaptée à la course en montée.

Sans en faire un objectif principal, la participation à une ou deux courses de ce type dans le cadre de votre préparation vous permettra de réaliser un entraînement de qualité sans prendre de risque. En raison du temps d’effort très court et du profil tout en montée, vous pourrez récupérer très rapidement après un kilomètre vertical.

Bien entendu, la participation à un kilomètre vertical devra être programmée à distance de votre objectif principal (au moins trois semaines avant).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.